[Test] Prototype du nouveau clavier français du Ministère de l’inculture

Introduction

***************************WARNING***************************
*                                  Too much sarcasm inside                                 *
***************************WARNING***************************

Récemment, peu après l’idée du bullshit souverain promut par le gouvernement, le Ministère de l’inCulture et du Copywrong (car connu sous le pseudo @MinistèreCC sur un certain “réseau social” au oiseau bleu) s’est fait remarqué avec son idée absurde, consistant à “Améliorer le clavier AZERTY pour mieux écrire en français

La quasi-toute la presse mainstream du pays, qu’elle soit généraliste (LeMonde, MetroNews, France24… ) ou des média pseudo-geek (JournalDuFanboy, LesNumériques, Clubic…) ont en parlé, et la plupart reprennent bêtement le discours du Ministère sans aucune vérification ni esprit critique, bref une habitude des médias français (tous sujets confondus).

Le Ministère de l’inculture prétend que “c’est presque impossible d’écrire en français avec le clavier AZERTY” car il ne permettrai pas d’écrire des majuscules accentuées ni ligatures (æ, Æ, œ, Œ… ).
On parle même de difficulté à écrire le fameux “n” avec un tilde au dessus (ñ) utilisé en occitan et en espagnol. Je me demande comment le Ministère de la bêtise et les médias qui ont repris son annonce ridicule, ont fait pour écrire les caractères qu’ils prétendent ne pas pouvoir écrire (ou faire très difficilement) avec un clavier AZERTY ?
– Correcteur orthographique ?
– Copier/collé depuis Wikipedia, ou depuis le menu caractères spéciaux ?
– En entrant les valeurs UNICODE ?
Bref, il y a plus simple, bien que pas implémenté par défaut sous windows… je parle du fameux clavier promut par le Ministère évidemment…

La faute aux standards, pas à ceux qui ne les respectent pas…

Remarquez l’ironie de la situation, l’EN s’empresse de signer un contrat avec microsoft sans lui réclamer une meilleure gestion des claviers AZERTY puis le ministère de l’inculture accuse le clavier et non pas la façon dont il géré par le seul OS que l’État français aime tant… C’est sûrement parce que les gens du dit Ministère qui ont lancé l’idée du clavier franco-français, ne savent pas se servir d’un clavier correctement et qu’il faut surtout pas dire que le problème vient de micro$oft qui refuse de supporter les standards, et non pas du clavier AZERTY d’un point de vue matériel… Puis le Ministère de la connerie suggère, dès le titre de son article, qu’il n’existe pas de normes pour les claviers français, comme si l’AZERTY était allemand (QWERTZ) ou italien (QWERTY avec les “e” accentués et quelques bizarreries qui le diffère du QWERTY US/anglo-saxon)

  1. On parle carrément “d’absence de caractères” donc il y a confusion entre les caractères inscrits sur les touches et les caractères que le système est capable de produire en fonction de signaux électroniques… La preuve, les claviers, AZERTY ou autres, ne comportent physiquement pas des touches avec des lettres minuscules, autres les lettres accentuées (é, è, à, ù.. ) mais on peut écrire en minuscules sans accents, avec ces mêmes claviers…
  2. Le ministère prétend que le problème de gestion de caractères vient du clavier AZERTY, alors que la “difficulté” de taper certains caractères vient de la gestion du clavier sous windows (utilisation de valeurs UNICODES (alt+xxxx) plutôt que de combinaisons claviers cohérentes et intuitives). Cette théorie est stupide car il s’agit d’une généralisation d’un cas spécifique (mauvaise expérience liée à l’utilisation du clavier AZERTY sous windows), et en faisant abstraction sur l’origine du problème, le Ministère propose une vraie fausse solution.

Après la tonne de bullshit, une pseudo-solution

L’AFNOR qui n’a pas mieux à faire, veut donc pondre une nouvelle disposition de clavier, qui soit dérivée de l’AZERTY “sans le bouleverser”, alors que le problème n’est pas matériel mais logiciel et que la solution existe déjà pour windows, mais mieux vaut chercher à
– Gaspiller l’argent dans une recherche inutile (en plus il existe un truc nommé clavier Bépo… encore que, je sais même pas si cette dispo existe sous windows, mais pourquoi vouloir réinventer la roue ?)
– Devoir convaincre les industriels à fabriquer ledit clavier, apparemment dérivé d’AZERTY, et d’implémenter une nième norme
– Chercher à forcer les utilisateurs et les entreprises à renouveler leurs matériel (gaspillage de ressources naturelles, obsolescence programmée à grande échelle, et gaspillage d’argent… anyone ?)
– Devoir reformer les utilisateurs, déjà allergiques en changement, et qui sont déjà pas ou très mal formés à l’usage de la configuration actuelle de l’AZERTY…

Le concept du “Not Invented Here Problem”, ou un problème de fierté mal placée

On veut tout réinventer alors que la solution consiste à utiliser mieux les outils qui existent déjà, les promouvoir et mieux former les utilisateurs dessus, et dans le cas de windows, je pense notamment à l’outil “wincompose” de Sam Hocevar, dont j’ai donné le lien plus haut… aussi arrêter de vouloir (forcer les gens à écrire) écrire des gros rapports de plusieurs centaines de pages sous word… LaTeX existe pour ça (entre autre) !
Je crois que le problème du Ministère de l’inculture avec le clavier AZERTY, en plus de l’incompétence, c’est aussi et surtout le syndrome NIH, d’où le fait de vouloir créer une autre disposition de clavier juste parce que windows gère de base très mal l’AZERTY…
Mais évidemment, le problème NIH n’existe plus quand il s’agit de microsoft (filière irlandaise de préférence… )

En gros, on a affaire à des gens qu’on pourrait même pas qualifier de PEBKAC vu le peu de chance qu’ils ont de pouvoir poser les doigts sur un clavier, qui payent des stagiaires pour rédiger les articles sur leurs sites web, mais qui voudraient concevoir un nouveau clavier, pour ne pas reconnaître que le problème se situe quelque part entre leur propre incompétence et la politique de microsoft, c’est-à-dire la mentalité “on emmerde les standards, on fait ce qu’on veut et c’est aux utilisateurs de se soumettre à nos exigences, pas l’inverse”

<SARCASM>Donc, il semblerai qu’il existe déjà un prototype du fameux clavier AZERTY Fr++, promut par le Ministère de l’inculture, dont j’ai reçu un exemple ce matin sur demande, c’est sûrement le même que le Ministère et les mass media ont utilisé pour illustrer les caractères que le clavier AZERTY actuel ne permet pas de faire

Procédons aux tests du fameux clavier, mais avant de procéder, faut déjà configurer ce nouveau clavier sous Debian pour pouvoir l’utiliser, ce qui sera un peu technique, car évidemment il y a aucun driver GNU/Linux officiel, on fait fonctionner le clavier AZERTY Fr++ en mode bidouille, comme tout gus dans un garage qui se respecte… </SARCASM>

Vous l’aurez compris, le paragraphe précédent et le titre sont du pur troll, comme beaucoup de passages de cet article…
La preuve que le problème n’est pas matériel, la solution, qui fonctionne avec n’importe quel clavier AZERTY standard, est déjà implémentée par défaut et depuis des années sur les UNIX (GNU/Linux, BSD… ) sous forme de :
– Dead keys (souvent activables via “Alt-Gr”) : en maintenant Alt-Gr appuyée, en y rajoutant un  caractères pour obtenir un caractère spécial
– Compose key (souvient via la touche “logo”), c’est à dire en maintenant appuyée la touche “compose” pour “composer” un caractère à partir de plusieurs autre de façon intuitive (compose maintenue + a + e donne æ, et si en rajoute shift maintenue, ça donne Æ…  )

Plus sérieusement…

Le bullshit du Ministère de l’inCulture et du ©opywrong aura au moins le mérite de m’avoir donné l’idée d’écrire cet article, dont le vrai but est aussi de parler un peu de l’usage “avancé” du clavier Fr sous Debian Jessie, mon OS actuel. Mais je parlerai qu’un usage en mode dead keys, ainsi que des majuscules accentuées, pas de compose key, qui est intuitif une fois qu’on connaît le principe.
J’arrive plus à utiliser compose key depuis le passage à Debian Jessie, j’ai pas trouver la moindre information sur ce bug (doc en français ou en anglais) mais j’ai l’impression que cet upgrade (peut-être systemd ?) a cassé la touche compose, que j’utilisais sans problème sous Debian Wheezy.
La touche configurée en tant que compose key (testé avec plusieurs) n’est plus reconnue, sous aucun logiciel, sauf par l’écran de login, pourtant mon clavier était configuré en fr_FR_UTF-8 (compose key non-supportée hors UTF-8) avec le clavier de mon laptop (à tester avec des claviers USB externes ou sur mon RPI pour voir s’il y a une différence) .

Donc depuis que j’ai un problème avec la compose key, j’ai passé mon clavier en Fr variante OSS pour avoir œ à la place du caractère “oslash” (symbole ensemble vide, soit un o barré avec un slash (/) comme son nom l’indique) qu’on obtient en clavier Fr (sans aucune variante), mais avec configuration OSS l’écran de login de LXDE donne un clavier QWERTY même quand il indique fr_FR_UTF-8 donc attention si vous optez pour cette configuration… C’est pas bien grave, mais il faut juste le savoir pour comprendre pourquoi le mot de passe n’est pas reconnu, si jamais votre username n’utilise que des caractères situés pareillement entre AZERTY et QWERTY, mais pas votre MDP

Bref, le clavier AZERTY ne permet tellement pas de faire des ligatures, que sur un système décent, avec un clavier correctement configuré (en mode dead keys ici), on obtiens facilement des ligatures avec la touche Alt-Gr (ou autre, selon la configuration choisie par l’utilisateur)

— Alt-Gr + a → æ
— Alt-Gr + o → œ
— Alt-Gr + Shift + a → Æ
— Alt-Gr + Shift + o → Œ

De même, avec un clavier AZERTY supposé ne pas permettre de faire des majuscules accentuées, il suffit verrouiller les majuscules et utiliser les touches correspondantes aux lettres accentuées pour obtenir… des majuscules accentuées !

— CAPS LOCK + à → À
— CAPS LOCK + é → É
— CAPS LOCK + è → È
— CAPS LOCK + ù → Ù
— CAPS LOCK + ^ + o → Ô
— CAPS LOCK + ¨ + o → Ö
— CAPS LOCK + ^ + i → Î
— CAPS LOCK + ¨ + i → Ï
— CAPS LOCK + ^ + a → Â
— CAPS LOCK + ^ + e → Ê
— CAPS LOCK + AltGr + ^ + n → Ñ

Note : Pour les lettres avec un accent tréma ou circonflexe, il existe des combinaisons plus simples à l’usage (moins de touches) mais que je donne ici en exemple les combinaisons les plus intutives

Il y aussi le “c” cédille majuscule

— CAPS LOCK + ç → Ç

Sans oublier les guillemets français et les points de suspensions (un seul caractère, différents de 3×. )

— Alt-Gr + w → «
— Alt-Gr + x → »
— Alt-Gr + Shift + ? → …

Les tirets courts, moyen et long

— Alt-Gr + Shift + – → ‑ (tiret court, différent du trait d’union (6))
— Alt-Gr + Shift + ( → – (tiret moyen)
— Alt-Gr + SHift + ‘ → — (Tiret long, ou cadratin)

Et l’espace insécable, généralement utilisé en français devant les ponctuations doubles ( ;, :, ?, !… ) pour éviter le retour à la ligne des ponctuations

— Alt-Gr + espace = (espace insécable)
— Alt-Gr + v = (espace insécable)
— Alt-Gr + Shift + espace = (espace fine insécable)

Les signes mathématiques usuels

— Alt-Gr + ; → × (signe de multiplication, différent de la lettre x)
— Alt-Gr + Shift + ; → ⋅ (signe de multiplication, différent du . )
— Alt-Gr + : → ÷ (signe de division)
— Alt-Gr + Shift + ) → ≠ (différent de)
— Alt-Gr + Shift + = → ± (plus ou moins)
— Alt-Gr + < → ≤ (inférieur ou égal)
— Alt-Gr + > → ≥ (supérieur ou égal)
— Alt-Gr + $ → ø (ensemble vide)

C’est également possible de faire pleins d’autres caractères que j’ai préféré ne pas aborder, mais voici un schéma du clavier Linux AZERTY Fr-OSS, qui sert à la fois de mémo et de référence pour y trouver les caractères que je n’ai pas abordé, les caractères en bas à gauche sont accessibles via la touche Alt-Gr et ceux en haut à droite sont accessibles via Alt-Gr + Shift, ce qui est logique

Clavier Linux AZERTY Fr-OSS
Clavier Linux AZERTY Fr-OSS (cliquez pour avoir l’image en taille réelle)

Whaou… super difficile à faire tout ces caractères, vite il faut réinventer l’AZERTY pour corriger le tir, comme le clavier AZERTY actuel “c’est trop compliqué”, je propose de garder les lettres dans l’ordre AZERTY mais en remplaçant les combinaisons de touches par des touches uniques et d’inscrire dessus chaque caractère existant en français, même pour les doublons minuscules/majuscules. Donc il faudrai au moins deux touches par lettre, sans compter les accents. C’est également important de remplacer la touche Ctrl par Ctrle, le e étant inscrit pour bien montrer que c’est un vrai clavier franco-français (Contrôle, et non pas Control… putains d’anglo-saxons… )

EDIT : Le problème du clavier qui se met tout le tout en QWERTY, à l’écran de login, même si c’est l’AZERTY est sélectionné mais que les deux sont disponibles, via un raccourci clavier défini, est dû à une incohérence dans le fichier /etc/default/keyboard.
L’option définissant les touches permettant de switcher entre les différentes configuration clavier, se est définit par l’option suivante (shift + caps lock ici) : grp:shift_caps_toggle, saut que cette option est apparue dans les paramètres de XKBVARIANT= alors qu’elle devrait se trouver XKBOPTIONS=

Le problème est potentiellement du à soit setxkbmap -option soit dpkg-reconfigure keyboard, car ces les seules deux méthodes que j’ai utilisé pour personnaliser la configuration du clavier, avant que le problème n’apparaisse, mais info à prendre avec des pincettes, parce que rien ne permet de confirmer à 100% les deux pistes, n’ayant qu’une seule machine à la main, j’ai pas envie de perdre à re-tester sur ma machine principale pour pourrir volontaire ma configuration qui fonctionne enfin comme je veux…
L’important c’est que ce bug se résout très facilement en éditant le fichier /etc/default/keyboard à la main (éditeur de texte, en root) afin de corriger cette incohérence, donc il suffit de passer de :

A

One thought on “[Test] Prototype du nouveau clavier français du Ministère de l’inculture”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *